Serait-ce un pur hasard si lhebdomadaire amricain Aviation Week a publi le 13 septembre linformation selon laquelle Boeing pourrait simplanter en Chine ? Et quelle lapalissade, car le 13 septembre, cest la veille du 14 le jour quavait choisi lEuropen Airbus pour inaugurer sa premire chane dassemblage finale aux Etats-Unis destine assembler raison de 4 par mois, ses monocouloirs de la famille A320. Une inauguration qui a tenu semble t-il toutes ses promesses. Il faut dire quAirbus avait attendu pour inaugurer ce site que les quelque 260 oprateurs de lusine aient dj largement entrepris lassemblage des deux premiers appareils. Des 321ceo (donc avec une motorisation courante et actuelle) destins Jet Blue pour le premier qui sera livr au second trimestre 2016 suivi de la livraison American Airlines du deuxime appareil.

La chane dassemblage final des A320 est situe Mobile dans lAlabama sur la cte du golfe du Mexique o les bateaux en provenance de Hambourg, fief logistique de lavionneur europen, accosteront pour approvisionner la chane. Au moins pour ce qui concerne les divers sous-ensembles structuraux quips qui sont assembls en Europe dans les diverses usines de lavionneur ou de ses fournisseurs de rang 1. Une situation gographique que lon peut comparer celle qui avait prvalu au choix de la ville aroportuaire de Tianjin en Chine qui peut donc accueillir les tronons de fuselage, les voilures et autres gouvernes en provenance de lEurope.

Lusine de Mobile aura cot au total 600 millions de dollars dont 158,5 M$ sont financs par ltat dAlabama soucieux dattirer des industriels qui lui font dfaut comparativement des tats tels que celui de Washington o sont implantes les chanes de Boeing, celui du Kansas avec les usines de Spirit AeroSystems, Bombardier, Beechcraft, UTC Aerospace, celui de Georgia (avec Cessna ou encore Lockheed Martin), la Californie on ne peut les citer tous. En outre, les lus de lAlabama ont calcul que la prsence dAirbus Mobile allait contribuer pour 409 M$ au produit intrieur brut de ltat qui stablit aujourdhui 200 M$, que cette prsence devrait crer un millier de postes lhorizon 2018 tandis que de nombreux fournisseurs dAirbus, soucieux de rduire leurs cots logistiques, viendront sinstaller prs de lavionneur.

On comprend alors pourquoi lAlabama a depuis longtemps adopt une stratgie d incentive de sorte attirer des industriels sur son territoire. Aprs avoir cr son premier bureau dingnierie dans le Kansas en 2002, Airbus avait constitu Mobile une socit filiale spcialise elle aussi dans lingnierie (Airbus Americas Engineering) spcialise dans divers lments intrieurs des A350XWB, A380 et A330-200. Ce nest pas tout car au-del de lavionneur commercial Airbus, la filiale Airbus Defence & Space Military Aircraft dispose aussi dune unit Mobile.

Pour lheure, la chane que vient dinaugurer Airbus Mobile est dimensionne pour produire pleine capacit entre 40 et 50 appareils par an (soit une moyenne de 4 par mois), ce quelle atteindra lhorizon 2018. Etant donn le march amricain, des 50 premiers appareils de la famille A320 qui seront assembls Mobile, 49 sont des A321. Mais dj on chuchote qutant donn lemprise tertiaire qua rserv Airbus Mobile, lusine actuelle pourrait tre double pour accrotre sa capacit dassemblage. Il faut dire que le march est prometteur avec une estimation de 4 700 appareils monocouloirs sur les 20 prochaines annes. Mme si ce march se rparti entre plusieurs avionneurs, il reste prometteur.

Si Boeing naura pas vraiment russi divertir la presse mondiale qui a fait ses choux gras de linauguration de cette nouvelle ligne dassemblage final en Amrique du Nord par lavionneur europen, au lendemain mme de linauguration, Boeing reprenait la main en annonant, cette fois officiellement, quil accueillera le prsident chinois Xi Jinping lors de sa visite aux Etats-Unis. Il sagit pour le dirigeant chinois de visiter le 23 septembre les chanes dassemblage de Boeing Everett (Etats de Washington). Il est fort parier que lannonce non confirme dune premire implantation dune chane damnagement intrieur de Boeing 737 en Chine sera alors confirme.

Certes Boeing na pas ce jour de chane en Chine, mais il entretient lui aussi depuis 40 ans des relations commerciales avec le pays auquel il a livr 155 avions en 2014. Il est vident que si de son ct Airbus estime pouvoir augmenter sa part de march aux Etats-Unis en simplantant sur les terres de Boeing, lavionneur amricain na pas lintention de se laisser distancer en Chine o il dtient encore ce jour plus de 50 % du march des avions commerciaux exploits en Chine. Ce ne serait l quun juste quilibre des deux avionneurs commerciaux jusquau moment o viendront jouer dans la cour des grands des avionneurs de ce quil convient dappeler les pays mergents qui souhaitent aussi prendre une part du gteau.

Nicole Beauclair pour AeroMorning

 

Comments are closed.