Résultats annuels 2016

  • Résultats en ligne avec l’objectif, indicateurs financiers principaux en amélioration
  • Résultat d’exploitation de 1 049 millions d’euros, en hausse de 269 millions d’euros, et de 558 millions d’euros hors change
  • Résultat net part du groupe de 792 millions d’euros, en hausse de 674 millions d’euros
  • Poursuite de réduction du coût unitaire à change, prix du carburant et charges liées aux retraites constants, en baisse de 1,0 % conformément à l’objectif, et de 1,7 % hors grève et charges liées à l’intéressement
  • Cash flow libre après cessions de 693 millions d’euros, contribuant à une poursuite de la réduction de la dette nette de 652 millions d’euros
  • Ratio de dette nette ajustée/EBITDAR de 2,9x, en amélioration de 0,5 points par rapport au 31 décembre 2015
  • 93,4 millions de passagers transportés, en hausse de 4,0 %

PERSPECTIVES

  • Fort niveau d’incertitudes sur les recettes unitaires et le prix du carburant en raison du contexte géopolitique, économique et de la situation de capacité de l’industrie
  • Début d’année 2017 résilient
  • Croissance sélective de l’activité passage, avec une augmentation des sièges kilomètres-offerts comprise entre 3,0 % à 3,5 % au niveau du groupe en 2017.
  • Poursuite des efforts de baisse des coûts unitaires, avec un objectif de réduction minimum de 1,5 % en 2017 à change, prix du carburant et charges liées aux retraites constants
  • Sur la base des courbes à terme actuels et du portefeuille de couvertures, l’augmentation de la facture carburant devrait être limitée à 100 millions de dollars en 2017.
  • Maintien d’une politique d’investissements rigoureuse, avec un objectif de free cash flow avant cessions positif en 2017
  • Poursuite de la réduction de la dette nette afin de ramener le ratio dette nette adjustée/EBITDAR en dessous de 2,5x en milieu de cycle à fin 2020

Le Conseil d’administration d’Air France-KLM, présidé par Jean-Marc Janaillac, s’est réuni le 15 février 2017 pour approuver les comptes annuels de l’exercice 2016.

Jean-Marc Janaillac a déclaré : « Dans un environnement contrasté, Air France-KLM réalise sur l’exercice 2016 des résultats en amélioration, reflétant les actions et les efforts des salariés ainsi que la fidélité de nos clients. Tandis que la baisse du prix du pétrole a nettement allégé les coûts du groupe, le contexte géopolitique, la concurrence et la surcapacité de l’industrie ont entraîné nos recettes à la baisse. Avec Trust Together, notre projet stratégique, nous sommes pleinement engagés pour reprendre l’offensive, renforcer notre capacité à innover et améliorer notre compétitivité. Dans un contexte économique et géopolitique qui demeure très incertain, et face à une concurrence agressive, le statu quo n’est pas une option. »


Quatrième trimestre Exercice annuel
2016 2015* Variation 2016 2015* Variation
Passagers transportés (milliers) 22 608 21 338 +6,0% 93 442 89 836 +4,0%
Capacité totale (millions d’ESKO) 83 575 81 639 +2,4% 341 334 337 994 +1,0%
Chiffre d’affaires (m€) 6 086 6 242 -2,5% 24 844 25 689 -3,3%
EBITDAR (m€) 846 797 +49 3 787 3 414 +373
EBITDA (m€) 571 532 +39 2 714 2 387 +327

Résultat d’exploitation (m€)

94 137 -43 1 049 780 +269
Marge d’exploitation 1,5% 2,2% -0,7 pt 4,2% 3,0% +1,2 pt
Résultat d’exploitation ajusté des locations opérationnelles (m€) 186 225 -39 1 407 1 122 +285
Marge d’exploitation ajustée des locations opérationnelles 3,1% 3,6% -0,5 pt 5,7% 4,4% +1,3 pt
Résultat net, part groupe (m€) 362 276 +86 792 118 +674
Cash flow libre après cessions (m€) 446 67 +379 693 925 -232
Dette nette en fin de période (m€) 3 655 4 307 -652

* Servair retraité en activité non poursuivie: les comptes consolidés du groupe ont été retraités au 1 janvier 2016 pour traiter Servair en activité non poursuivie. Les comptes consolidés au 31 décembre 2015 ont donc été retraités. Voir le détail du retraitement en annexe de ce communiqué de presse.

En 2016, Air France-KLM a transporté 93,4 millions de passengers, une augmentation de 4,0 % par rapport à l’année dernière. Le chiffre d’affaires s’est établi à 24,8 milliards d’euros, en baisse de 3,3 % par rapport à 2015.

Les résultats pour l’année 2016 ont été en ligne avec les objectifs, les principaux indicateurs financiers montrant une amélioration. Le résultat d’exploitation s’est élevé à 1 049 millions d’euros, en hausse de 269 millions d’euros, et de 558 millions d’euros hors change. Le résultat d’exploitation a été impacté notamment par les grèves de pilotes en juin et de personnel navigant commercial en juillet avec un effet négatif de 130 millions d’euros. Ajustée de la quote-part des locations opérationnelles correspondant à des frais financiers (un tiers), la marge d’exploitation s’est établie à 5,7 % contre 4,4 % du 31 décembre 2015. L’EBITDA s’est élevé à 2 714 millions d’euros, en hausse de 327 millions d’euros.

L’augmentation du résultat d’exploitation 2016 est due principalement à l’effet favorable du carburant ainsi qu’à la bonne performance en matière de coûts, tandis que la pression sur les recettes unitaires et le change ont eu un impact négatif. Le coût unitaire par ESKO a reculé de 1,0% à change, prix du carburant et charges liées aux retraites constants, en ligne avec l’objectif, pour la capacité mesurée en ESKO en hausse de +1,0 %. Ajusté pour la grève et corrigé de l’augmentation du coût de l’intéressement, le coût unitaire par ESKO a baissé de 1,7%.

Le nombre moyen d’effectifs a baissé de 1 850 en ETP (1400 ETP chez Air France, 450 ETP chez KLM), ce qui a permis une augmentation de la productivité mesurée en ESKO par ETP de 2,3 % à Air France et de 4,2 % à KLM. Par conséquent, les frais de personnel ont reculé de 0,5 % à charges liées aux retraites et intéressement constants, grâce aux efforts de restructuration menés chez Air France et KLM, en tenant compte d’une augmentation nette de l’intéressement de 77 millions d’euros. Les charges de personnel totales incluant le personnel intérimaire sont restées inchangées (en hausse de 0,1 %) à 7 474 millions d’euros.

La facture carburant s’est établie à 4 597 millions d’euros, une baisse significative de 25,7 % par rapport à 2015. Cette diminution est due à la baisse du prix du carburant qui a eu un effet positif de 927 millions d’euros et la réduction des pertes sur les couvertures carburant, en recul de 605 millions d’euros par rapport à 2015.

Sur l’année 2016, les devises ont eu un impact négatif de 97 millions d’euros sur le chiffre d’affaires, principalement dû à la faiblesse de plusieurs devises et notamment le GBP, le BRL et le CNY. L’effet négatif des devises sur les coûts s’est établi à 192 millions d’euros, sous l’effet du renforcement du dollar. L’impact net des changes sur le résultat d’exploitation a été donc négatif à hauteur de 289 millions d’euros.

Toutes les activités ont contribué à l’amélioration du résultat d’exploitation. Le résultat d’exploitation de l’activité Passage réseaux s’est élévé à 1 057 millions d’euros, en hausse de 215 millions d’euros, et de 456 millions d’euros hors effet change négatif. En dépit de l’environnement opérationnel difficile, les résultats de l’activité cargo sont restés stables sur une base publiée, tandis que les activités Maintenance et Transavia ont de nouveau enregistré une amélioration de leur résultat d’exploitation.

Air France et KLM ont contribué positivement aux résultats. Pour l’année 2016, le résultat d’exploitation d’Air France s’est élévé à 372 millions d’euros et celui de KLM à 681 millions d’euros.

Exercice annuel
Résultat d’exploitation par compagnie (m€) 2016 2015* Variation
Air France 372 426 -54
Marge d’exploitation (%) 2,4% 2,6% -0,2 pt
KLM 681 384 +297
Marge d’exploitation (%) 6,9% 3,9% +3,0 pt

* Servair a été reclassifié comme une activité non poursuivie. La somme des deux compagnies n’est pas égale aux chiffres consolidés à cause des écritures intra-groupes

Quatrième trimestre Exercice annuel
Passage réseaux 2016 2015 Variation 2016 2015 Variation
Passagers transportés (milliers) 19 768 19 156 +3,2% 80 163 79 016 +1,5%
Capacité (millions de SKO) 68 912 67 634 +1,9% 278 807 276 897 +0,7%
Trafic (millions de PKT) 58 427 56 719 +3,0% 238 183 235 715 +1,0%
Coefficient d’occupation 84,8% 83,9% +0,9 pt 85,4% 85,1% +0,3 pt
Chiffre d’affaires total (m€) 4 799 4 983 -3,7% 19 682 20 541 -4,2%
Chiffre d’affaires passager régulier (m€) 4 599 4 787 -3,9% 18 849 19 707 -4,4%
Recette unitaire au SKO (cts €) 6,67 7,08 -5,7% 6,76 7,12 -5,0%
Recette unitaire au PKT (cts €) 7,87 8,44 -6,7% 7,91 8,36 -5,3%
Coût unitaire au SKO (cts €) 6,57 6,85 -4,1% 6,38 6,81 -6,3%
Résultat d’exploitation (m€) 74 156 -82 1 057 842 +215
Dont long-courrier (estimé) 1 320 1 070 +250
Dont alimentation moyen-courrier des hubs (estimé) -220 -160 -60
Dont point-à-point moyen-courrier (estimé) -50 -70 +20

Une solide performance de l’activité Passage réseaux, avec des recettes unitaires relativement résistantes. La gestion stricte des capacités (siège-kilomètre offert (SKO) en hausse de 0.7 %) et la gestion active de la recette ont limité la pression sur la recette unitaire, particulièrement sur le trafic haute contribution dont la recette unitaire long-courrier a reculé de 1,4 %. Le chiffre d’affaires des recettes annexes (options payantes) a augmenté de 12 % à 515 millions d’euros.

Sur le réseau long-courrier, la capacité mesurée en SKO a été en hausse de 0.6 %, alors que la recette unitaire a baissé de 4,7 %, hors impact change. Outre la faiblesse des flux vers la France résultant du terrorisme, les déséquilibres entre l’offre et la demande observés sur différentes parties du réseau ont entraîné une pression supplémentaire à la baisse des recettes unitaires. Néanmoins, le résultat d’exploitation estimé de l’activité long-courrier a progressé de 250 millions d’euros à 1 320 millions d’euros.

Sur l’activité moyen-courrier alimentant le hub, la capacité a été en hausse de 2,0 %, tandis que la recette unitaire a reculé de 5,4 %, hors change. Le réseau moyen-courrier a été impacté particulièrement par la faiblesse vers la France, ce qui a pesé sur le résultat d’exploitation, en recul de 60 millions d’euros.

Comme prévu, les capacités point-à-point ont été réduites de 3,9% supplémentaires, permettant une amélioration de la recette unitaire de 1,0 %, ce qui a contribué à une amélioration du résultat d’exploitation de l’activité point-to-point de 20 millions d’euros.

Quatrième trimestre Exercice annuel
Cargo 2016 2015 Variation 2016 2015 Variation
Tonnage transporté (milliers) 293 309 -5,0% 1 130 1 206 -6,2%
Capacité (millions de TKO) 3 491 3 635 -4,0% 14 228 14 912 -4,6%
Trafic (millions de TKT) 2 207 2 296 -3,9% 8 441 9 007 -6,3%
Coefficient de remplissage 63,2% 63,2% +0,0 pt 59,3% 60,4% -1,1 pt
Chiffre d’affaires total (m€) 546 612 -10,8% 2 069 2 425 -14,7%
Chiffre d’affaires transport de fret (m€) 500 567 -11,8% 1 904 2 263 -15,9%
Recette unitaire par TKO (cts €) 14,3 15,6 -8,1% 13,4 15,2 -11,8%
Recette unitaire par TKT (cts €) 22,7 24,7 -8,0% 22,6 25,1 -10,2%
Cout unitaire par TKO (cts €) 15,2 16,2 -6,6% 15,1 16,8 -10,2%
Résultat d’exploitation (m€) -28 -23 -5 -244 -245 +1

Le Groupe a poursuivi la restructuration de son activité cargo, permettant son redressement progressif, afin de l’adapter à la faiblesse du commerce mondial et à la situation de surcapacité structurelle du secteur, et pour maximiser sa contribution au Groupe. Sur l’année 2016, la capacité tout-cargo a été réduite de 24 % avec une réduction à six du nombre totale d’avions tout-cargo, ce qui a entraîné une diminution de la capacité totale cargo de 4,6 %. Grâce aux efforts de restructuration, les coûts unitaires hors carburant ont baissé de 2,6 % à données comparables, en raison principalement d’une réduction des effectifs de 6,7 % sur l’année, tandis que la productivité mesurée en TKO par ETP a progressé de 2,3 %. Les pertes de l’activité tout cargo ont été réduites de 14 millions d’euros supplémentaires, impliquant une perte d’exploitation de 28 millions d’euros.

Il a été décidé de modifier le reporting cargo à partir de l’exercice 2017, sur la base de la marge contributive et de l’intégrer dans le résultat du passage réseaux. Ce changement prendra effet à partir de la présentation des résultats du premier trimestre 2017.

Quatrième trimestre Exercice annuel
Maintenance 2016 2015 Variation 2016 2015 Variation
Chiffre d’affaires total (m€) 1 130 1 075 +5,1% 4 182 3 987 +4,9%
Chiffre d’affaires externe (m€) 486 429 +13,3% 1 834 1 577 +16,3%
Résultat d’exploitation (m€) 66 47 +19 238 214 +24
Marge d’exploitation (%) 5,8% 4,4% +1,4 pt 5,7% 5,4% +0,3 pt

Dans l’année 2016, le chiffre d’affaires externe et le résultat d’exploitation ont de nouveau progressé, soutenant la croissance de l’activité maintenance et confirmant sa position de leader du marché mondial de la maintenance aéronautique. Le chiffre d’affaires externe s’est établi à 1 834 millions d’euros, en hausse de 16% grâce aux contrats gagnés ces dernières années. Sur l’exercice, le carnet de commande a enregistré une hausse de 6,0 % pour atteindre un niveau record de 8,9 milliards de dollar en fin d’année, incluant plusieurs contrats de supports équipements sur les nouveaux A350 et B787, assurant ainsi la croissance future et son ambition de création de valeur. La marge d’exploitation a progressé de 0,3 points à 5,7 % (résultat d’exploitation/chiffre d’affaires total), propulsée par la croissance des activités Moteurs et Equipements, et l’augmentation de la marge contributive de l’activité Cellules.

Quatrième trimestre Exercice annuel
Transavia 2016 2015 Variation 2016 2015 Variation
Nombre de passagers (milliers) 2 840 2 182 +30,2% 13 279 10 820 +22,7%
Capacité (millions de SKO) 5 646 4 592 +20,2% 25 762 22 432 +14,8%
Trafic (millions de PKT) 4 959 4 007 +18,8% 22 983 20 169 +14,0%
Coefficient d’occupation 87,9% 87,2% +0,6 pt 89,2% 89,9% -0,7 pt
Chiffre d’affaires total passage (m€) 245 207 +18,4% 1 218 1 099 +10,8%
Chiffre d’affaires passage régulier (m€) 241 205 +17,6% 1 206 1 086 +11,0%
Recette unitaire au SKO (cts d’€) 4,27 4,41 -3,1% 4,68 4,84 -3,3%
Recette unitaire au PKT (cts d’€) 4,86 5,05 -3,8% 5,24 5,38 -2,5%
Coût unitaire au SKO (cts d’€) 4,57 5,21 -12,2% 4,68 5,00 -6,3%
Résultat d’exploitation (m€) -17 -37 +20 0 -35 +35

Le dévéloppement accéleré de Transavia est en ligne avec son plan de marche, et a conduit à un résultat d’exploitation à l’équilibre pour l’année 2016, avec des vols sur plus de 100 destinations et 13,3 millions de passagers transportés. La capacité en France a progressé de 23 %, tandis que la capacité aux Pays Bas a été en hausse de 11%. Désormais, Transavia est maintenant le premier opérateur low-cost aux Pays Bas et à Paris Orly, et est bien positionnée pour capter sa part de la croissance du marché loisir europeén.

Situation financière

Exercice annuel
En million d’euros 2016 2015* Variation
Cash-flow avant variation du BFR et plans de départs volontaires, activités poursuivies 2 364 1 956 +408
Paiements liés aux plans de départs volontaires -225 -172 -53
Variation du Besoin en Fonds de Roulement (BFR) +67 +83 -16
Cash-flow d’exploitation 2 206 1 867 +339
Investissements nets avant opérations

de sale & lease-back

-1 859 -1 278 -581
Opérations de sale & lease-back 0 0 0
Investissements nets après opérations

de sale & lease-back

-1 859 -1 278 -581
Cash-flow libre d’exploitation 347 589 -242

* Retraitement de Servair en activité non poursuivie

Grâce à la croissance disciplinée des investissement, le cash flow libre positif avant cessions a été positif à 347 millions d’euros. L’investissement dans la flotte a continué à améliorer sa compétitivité, avec une meilleure efficacité énergétique, de moindres coûts de maintenance et une montée en gamme sur les produits et services.

La génération de cash flow libre a permis de poursuivre la rédution de la dette nette. Ainsi, la dette nette s’est établie à 3 655 millions d’euros au 31 décembre 2016 par rapport à 4 307 millions d’euros au 31 décembre 2015, soit une réduction de 652 millions d’euros en dépit d’un effet de change négatif important de 73 millions d’euros. Le Groupe a vendu 4,95 millions de titres Amadeus représentant 1,13 % de son capital social, et a finalisé l’opération de cession à gategroup de 49,99 % du capital social de Servair et de transfert de son contrôle opérationnel.

2016 est la cinquième année consécutive de l’amélioration du ratio dette nette ajustée/EBITDAR, qui a baissé à 2,9x au 31 décembre 2016 contre 3,4x au 31 décembre 2015.

Sur l’exercice, la liquidité a été à nouveau renforcée et les coûts financiers encore réduits. Le Groupe continue de bénéficier d’un bon niveau de liquidité, avec une trésorerie nette de 4,3 milliards d’euros au 30 décembre 2016, et des lignes de crédit non tirées de 1,8 milliards d’euros. En 2016, le Groupe a placé avec succès une émission obligataire à six ans d’un montant de 400 millions d’euros et 145 millions de dollars US d’obligations à 10 ans.

Perspectives

Le contexte mondial reste fortement incertain au regard de l’environnement géopolitique et économique dans lequel nous opérons, du prix du carburant et de la poursuite de la situation de surcapacité sur différents marchés, entraînant une pression sur les recettes unitaires.

Les données de trafic de janvier et nos engagements de réservations montrent cependant un début d’année résilient. En janvier 2017, la recette unitaire de l’activité passage réseaux n’a baissé que de 0,7% et la recette unitaire de Transavia n’a reculé que de 0,6 % hors change.

Le Groupe a un objectif de croissance de toutes ses activités passage de 3,0 % à 3,5 %, mesurée en SKO pour 2017, afin de reprendre l’offensive sur le long-courrier et d’améliorer la performance sur le moyen-courrier.

Pour renforcer sa compétitivité, le Groupe agit sur tous les leviers, en continuant et en amplifiant les initiatives déjà engagées en matière de réduction des coûts unitaires. L’objectif de réduction des coûts unitaires pour 2017 est supérieur à 1,5 %, à change, carburant et charges de retraites constants.

Basé sur la courbe à terme au 27 janvier 2017, la facture carburant pour l’année 2017 devrait progresser de 100 millions de dollars par rapport à 2016, pour s’établir à 4,9 milliards d’euros[1], et à 5,0 milliards d’euros en 2018[2].

Concernant son bilan, le Groupe maintient une stricte discipline d’investissement, avec un objectif de cash flow libre avant cessions positif. Le plan d’investissement 2017 s’établit dans une fourchette de 1,7 milliards d’euros à 2,2 milliards d’euros.

Le Groupe poursuit la réduction de son endettement net, avec un objectif de ratio dette nette ajustée / EBITDAR inférieur à 2,5 en milieu du cycle à fin 2020.


[1] Sur 2017, prix moyen du Brent de 56 USD le baril et du carburant de 535 USD par tonne, et hypothèse d’EUR/USD à 1,07

[2] Sur 2018, prix moyen du Brent de 56 USD le baril et du carburant de 555 USD par tonne, et hypothèse d’EUR/USD à 1,07


*****

Les procédures d’audit sur les comptes consolidés ont été effectuées. Le rapport de certification sera émis après finalisation des procédures requises pour les besoins du dépôt du document de référence.

La présentation des résultats sera disponible sur www.airfranceklm.com le 16 février 2017 à partir de 7h15.

La conférence de presse sera retransmise en direct sur le site Air France-KLM www.airfranceklm.com à 10h30 (mot de passe : AFKL).

Sur le même thème

 

Comments are closed.