Les mémoires des deux boîtes noires qui avaient été transférées en fin de semaine dernière dans les laboratoires du BEA (Bureau d’Enquêtes et d’Analyses) vont enfin pouvoir être décryptées. La mémoire d’une des deux boîtes, le FDR (Flight Data Recorder), contenant l’enregistrement des paramètres de vol a d’ores et déjà restaurée, a annoncé lundi 27 juin la commission d’enquête égyptienne dans un communiqué . La réparation de la mémoire de la deuxième boîte noire, le CVR (Cockpit Voice Recorder), contenant l’enregistrement des conversations dans la cabine, commencera mardi. Une fois que les deux mémoires seront totalement restaurées, elles seront renvoyées au Caire pour être analysées par la commission d’enquête.

Même les circonstances exactes de l’accident ne sont toujours pas connues, l’hypothèse d’une panne reprend beaucoup d’importance ces dernières semaines. Deux minutes avant le crash, des alertes automatiques avaient signalé des émissions de fumées dans les toilettes et sous la cabine de pilotage et une défaillance de la soute électronique gérant les commandes de l’avion.

L’Airbus MS804 d’Egyptair s’est abimé dans la Méditerranée le 19 mai dernier à 290 kilomètres au large d’Alexandrie. Il a fait 66 victimes, dont 15 Français. Comme dans toute les cas où un accident d’avion fait des victimes françaises, une information judiciaire a été ouverte par le Parquet de Paris, pour « homicides involontaires ».

 

Comments are closed.