Alors que l’Otan s’apprête à recevoir son premier Global Hawk dans sa configuration AGS, une autre version de l’appareil s’approche à grands pas de son entrée en service operationnelle. Il s’agit du MQ-4C Triton, la version de l’appareil destinée à l’US Navy.

Et pendant ce temps, une autre variante du drone HALE (haute altitude longue endurance) de Northrop Grumman, la version EQ-4, poursuit sa mission comme nœud de communication aéroporté au-dessus de l’Irak et de la Syrie. Trois appareils équipés du système BACN (Battlefield Airborne Communication Node) ont déjà cumulé plus de 500 missions sur le théâtre irako-syrien.

En ce qui concerne le Triton, l’appareil a franchi une nouvelle étape, le 16 février dernier, en réussissant la campagne d’essais d’évaluation opérationnelle (OA, pour operational assessment) sur la base navale de Patuxent River, dans le Maryland. Au cours d’une soixantaine d’heures de vol, l’équipe d’essais intégrée a verifié la performance des différents capteurs à différentes altitudes selon des scénarios représentatifs des conditions opérationnelles réelles. L’appareil devait notamment démontrer sa capacité à détecter, identifier, classifier et suivre des cibles de jour comme de nuit.

Fort de ce succès, le Triton a bon espoir de franchir un nouveau jalon au cours des semaines qui viennent, celui du « Milestone C » qui marquera le démarrage d’un premier lot de production à faible cadence (Low Rate Initial Production, LRIP). Celui-ci concernera les trois appareils que les marins américains prévoient de commander cette année.

Au total, l’US Navy prévoit l’acquisition de 72 Triton, dont quatre prototypes. Le besoin des marins américains est basé sur un déploiement de la flotte sur cinq sites opérationnels avec 4 appareils chacun pour assurer une couverture mondiale permanente.

 

Comments are closed.