Les résultats des deux premiers mois d’opérations scientifiques du démonstrateur technologique européen de détection d’ondes gravitationnelles dépassent toutes les espérances.

Lancé le 3 décembre 2015 (voir A&C n°2469), et placé sur orbite le 22 janvier à 1,5 million de kilomètres de la Terre, LISA Pathfinder (l’éclaireur pour LISA) a démarré ses opérations scientifiques le 1er mars, après avoir mis en route ses instruments, et surtout libéré ses deux masses étalons les 15 et 16 février avec succès (voir A&C n°2488).

Le 7 juin, un article publié dans la revue Physical Review Letters de la Société américaine de physique a présenté le bilan des 55 premiers jours d’opérations scientifiques. Il indique que les performances du démonstrateur se révèlent cinq fois supérieures au cahier des charges.

Le laboratoire Astroparticule et cosmologie (CNRS/Université Paris Diderot/CEA/Observatoire de Paris), avec le soutien du Cnes, a contribué à cette analyse.

Conçu par la communauté scientifique sous l’égide de l’ESA et fabriqué sous la maîtrise d’oeuvre d’Airbus Defence and Space, LISA Pathfinder doit valider les technologies qui seront utilisées par le premier observatoire spatial d’ondes gravitationnelles de basse fréquence eLISA (Laser Interferometer Space Antenna) de l’ESA, programmé pour 2034.

 

Comments are closed.