Regarder un film de façon active, c’est être conscient de ce que l’on voit, entend ou lit. C’est aussi pouvoir identifier la manière dont le sens se construit. Un film est un produit collectif complexe dont la réussite dépend de nombreux métiers et savoirfaire : la production (le financement, la distribution du film, etc.), la réalisation (la mise en scène, la direction d’acteurs, etc.), le choix du sujet, du scénario (original, adaptation d’une oeuvre littéraire, etc.), les dialogues, le choix des acteurs, la distribution des rôles, le jeu et l’interprétation des acteurs, la prise de vues, la prise de son, le script, le découpage du film, la lumière, le montage des séquences, la conception de la bande son, la musique, etc. Un film est constitué d’une succession de séquences qui représentent des sous-unités du récit. Chaque séquence peut a priori être utilisée comme point de départ pour entrer dans le film. La diversité des approches pédagogiques permet de travailler soit avec le film dans son intégralité, soit à partir d’une séquence avant le visionnage du film entier, les effets de surprise et l’intérêt des élèves sont conservés. Un film se définit par la combinaison d’une bande-son et d’une bande image. La bande-son comprend tout ce qui est entendu : voix, dialogues, musique, bruits, mais également les silences. Elle assure le lien entre les images. La bande image correspond à tout ce qui est vu. Si l’on fait une liste non exhaustive, les images peuvent être des dessins, des dessins animés, des images créées par ordinateur, des prises de vues réelles, des combinaisons de prises de vues réelles et d’effets spéciaux, etc. On voit des lieux, des personnes, des animaux, des objets, qui interagissent dans une succession d’actions. On voit aussi très souvent des textes écrits. La relation entre ce qui est entendu et ce qui est vu est essentielle pour la construction du film et sa compréhension. La succession des séquences images en association avec la bande-son constitue la narration. Les informations linguistiques ne sont qu’une petite partie du contenu. D’autres éléments constituants de l’image viennent contribuer à la création du sens : les mouvements de caméra, l’angle de vue, la lumière, les couleurs, le flou et le net, ce qui est dans le champ de vision et ce qui est hors champ (que l’on ne voit pas), le rythme des séquences. Lire plus sur Séminaire Londres.

 

Comments are closed.