Le feuilleton avait dur des annes et avait mme conduit le congrs amricain et Boeing faire pression sur llectorat amricain ce qui avait annul le contrat dorigine consacrant le groupe EADS vainqueur en 2008. Lequel groupe sappelle dsormais Airbus Group. De la sorte, les anglo-saxons ne prononceront plus Idze en lieu et place de E.A.D.S. comme le font les francophones. Lappel doffre initial remonte janvier 2007 et le choix thoriquement inalinable, avait t annonc en fvrier 2008, EADS stait alors alli avec Northrop Grumman avec comme cellule celle de lA330 dont le driv en ravitailleur multirles (MRTT) tait dj dvelopp et qui dmontrait ses capacits. Que nenni puisque comme je lcris en prambule, il a t remis en question la demande de Boeing.

Ce ntait pas Fair play , mais il ne sagit pas ici des britanniques et leur respect lgendaire du comptiteur, mais des amricains pour lesquels je ne voue cependant aucun ostracisme. Pour autant il faut bien reconnatre que parfois ces Amricains, et peut tre lAmrique plus que le citoyen de cette fdration, sont obnubils par leurs seuls intrts. Cest le Buy America qui prdomine en tout. Toujours est-il que lappel doffre avait t relanc aprs que le contrat soit annul en septembre 2008. Mais cette fois, Northrop Grumman avait fait savoir quil ne participerait pas une nouvelle comptition laissant EADS (Airbus Group) affronter la concurrence acerbe de Boeing. Et pour mettre tous les atouts de son ct, le groupe europen offrait de construire et de personnaliser les appareils sur le territoire amricain, trs prcisment Mobile en Alabama l dailleurs o lassemblage du premier A320 amricain a dj dbut sur une ligne qui sera inaugure le 14 septembre prochain.

Le buy American Act est donc pass par l. Et le choix final de lUS Air Force sest port en dernier ressort sur Boeing qui offrait une version ravitaillement en vol de son 767 qui, comme cela a souvent t crit ntait alors quun avion de papier . A savoir un appareil dont le dveloppement restait peaufiner. Mais cest le KC-46 de Boeing qui la remport face au KC-45 dAirbus Group.

En Europe nous ne savons pas assez bien valoriser un tel concept du  » acheter europen » et cela avait t dnonc lors dun prcdent salon du Bourget par Serge Dassault alors prsident de lavionneur ponyme Dassault Aviation.

Autant vous dire que je ne me suis mme pas hasarde aujourdhui appeler le constructeur Airbus Defense & Space constructeur du programme des A330 MRTT pour crire cette chronique. Car la biensance lui interdirait de faire le moindre commentaire sur les dboires que connat aujourdhui le vainqueur du contrat, en loccurrence Boeing.

Avant mme que le constructeur nait publi ses comptes pour le 1er semestre de lexercice 2015 ce mercredi 22 juillet, des sources bien informes avaient annonc que Boeing devrait passer en pertes et profits un montant de 536 millions de dollars lis au cot plus lev de dveloppement et de production du fameux KC-46. On doit sourire jaune non seulement chez Boeing, mais aussi du ct de lUS Air Force (le commanditaire in fine du contrat), car ce programme avait dj induit des charges que Boeing avait provisionn au second trimestre 2014 pour un montant de 425 millions de dollars car rappelons le, le contrat du KC-46 est un contrat vis–vis de lUS Air Force prix ferme.

Alors quAirbus Defense & Space vient dengranger fin juin son 6e contrat lexport avec la Core du Sud pour 4 A330 MRTT, ce qui porte 34 appareils vendus lexport dont 24 sont dj en service, Boeing, lui, en est toujours au dveloppement de son appareil concurrent. Et malgr ses dboires financiers le groupe de Chicago a confi lagence Reuters qu’il tait dtermin maintenir le calendrier de livraison des 18 premiers appareils l’arme de l’air amricaine d’ici aot 2017 et d’en construire 197 d’ici 2027.

Nicole Beauclair pour AeroMorning

 

Comments are closed.